Comment Peindre Et Choisir Sa Peinture?

comment peindre

Comment peindre un mur  ou plafond , quelle peinture choisir?Aujourd’ hui, les peintures sont très abouties, elles ont bien progressé. Beaucoup de gens se posent la question “glycéro ou acrylique?” ou “mat, brillant ou satinée?”, les fameuses questions qui rendent fou quand on est déjà indécis. Quand on a déjà choisi de peindre chez soi, c’ est soit parce qu’ on rentre dans ses murs après un précédent propriétaire (donc rénovation) soit dans une maison neuve clés en main sans peinture… Il est très intéressant de demander un devis peinture auprès d’ une entreprise de peinture (entrepreneur) ou d’ un peintre bâtiment (artisan) et de comparer ce que vous allez payer par ce système et ce à quoi ça vous reviendra en exécutant vous même la tâche! Vous serez très nombreux à choisir la 2ème méthode!

Dans le neuf, c’ est plutôt simple. En général, il n’ y a plus qu’ à poncer et à passer la couche d’ impression avant de peindre. Dans la rénovation, c’ est plus laborieux. Mais on n’ est jamais aussi bien servi que par soi-même et l’ intérêt c’ est le coût.

1- Avant tout travail d’ enduit et de peinture:

Bâcher le sol et le scotcher, les bâches bien tendues pour éviter de se prendre les pieds dedans (ce qui est agaçant quand on exécute un travail soigné). Ensuite, protéger les plinthes avec du scotch de peintre juste à l’ endroit où le rouleau finit sa course en bas du mur (inutile de recouvrir toute la plinthe). Avec les portes et les fenêtres, pareil, scotchez les surfaces en contact avec les murs afin de ne pas déborder avec votre pinceau à la jonction des menuiseries et des murs. Vous devez aussi enlever les appliques murales et scotcher les fils dénudés et les dominos. Vous devez enlever les lustres et protéger les fils dénudés. Vous ôterez enfin les caches de prises et d’ interrupteurs pour pouvoir peindre partout sans traces de raccords… Si enfin vous avez des vieux radiateurs à eau, soit vous les peindrez avec des mini-rouleau ou au pinceau soit vous serez aussi obligé(e) de les protéger avec des plastiques ou des cartons…. Si ce sont des convecteurs électriques modernes, vous devrez les enlever de leurs supports en poussant sur les ergots métalliques se situant derrière et en tirant les convecteurs que vous devrez débrancher de leurs dominos en général (protéger aussi les dominos ou fils dénudés)… Vous voilà enfin prêt (e) à travailler.

2-  Avant de passer la couche d’ impression, voire la 1ère couche de peinture:

Vous devez inspecter la zone à peindre m2 par m2. Pour les plus exigeants, vous enlèverez toute imperfection sur les murs et vous corrigerez les irrégularités au plâtre pour les gros défauts (profonds surtout, car c’ est la charge qui détermine de prendre du plâtre ou de l’ enduit de finition) et l’ enduit de lissage style Pr4 ou Pr 6 voire Pr8 pour la finition. Je vous conseille d’ utiliser des spots halogène et de les positionner en lumière rasante pour n’ oublier aucun défaut. Une fois votre mur ou vos murs traités, et une fois secs, vous devrez les poncer, toujours en lumière rasante et les ré-enduire si nécessaire avant de les reponcer toujours sous lumière rasante avec du papier de verre au grain de 120. Parfois, il y a des fissures. Il faut aussi les traiter. Pour ça, j’ utilise les bandes en polyester grillagé auto-adhésives. Elles sont au top. Elles tiennent bien dans le temps et 2 couches d’ enduits suffisent… De plus, ce type de bande vous évite de coincer des bulles d’ air… C’ est un plus. Une fois tous les défauts passés au crible (bandé, enduit et poncé) et après avoir inspecté dans le détail qu’ aucun n’ est passé au-travers de votre contrôle, vous pouvez passer votre couche d’ impression.

3- La couche d’ impression:

La couche d’ impression est très importante en fait. Car quand vous avez enduit et poncé, votre surface est très très lisse et fine n’ offrant pour ainsi dire aucune porosité… C’ est ce qui explique que la peinture glisse quand on l’ applique et qu’ elle tombe par paquets au sol. Pour éviter ces déconvenues, la peinture d’ impression remédie à ce tracas puisqu’ elle est spécialement étudiée pour devenir une couche d’ accroche pour la vraie peinture de finition qui vient derrière… La couche d’ impression doit être passé partout! Dans les angles autour des menuiseries, des plinthes, des prises, des interrupteurs, des orifices de lustres et appliques…

4- Le choix de la peinture et des enduits:

Tout dépend de votre degré d’ exigeance et de votre budget! Mais aujourd’ hui on consomme tout et vite. Vous pouvez acheter tous vos produits chez Brico Dépôt, Castorama, Leroy Merlin etc… Mais votre travail sera à renouveler tous les 4 ans. Pourquoi? Car leurs peintures couvrent moins, car elles sont de moins bonne qualité car les ingrédients (latex, dioxyde de titane, résines) y sont présents en moins grandes quantités… Contrairement aux peintures distribuées par Seigneurie ou Zolpan Albertini ou la maison Tollens (attention, ne pas confondre les peintures Tollens de la grande distribution et les peintures Tollens vendues dans les maisons Tollens (rien à voir!). Vous paierez votre peinture plus chère si vous l’ achetez de qualité mais vous vous y retrouverez dans le temps!

Le choix des rouleaux doit aussi se faire chez votre revendeur. N’ hésitez pas à tout prendre avec les conseils d’ un vendeur. Si vous voulez du bon boulot, c’ est important. Chaque type de peinture correspond à son rouleau.

5-  La peinture de finition:

Elle existe en satinée, mate ou brillante. Pour la rénovation, je conseille du mat, car c’ est très long et difficile de récupérer tous les défauts cumulés au fil du temps… Le mat camoufle mieux les petites imperfections quand le brillant les fait ressortir. J’ évite aussi le satiné. Sauf si le travail préparatoire précédent est parfait. Pour passer votre peinture de finition, commencez d’ abord avec votre pinceau acrylique  (car la glycéro a quasiment disparu des rayons) par rechampir tous vos contours de fenêtres et de portes, de plinthes, de prises, d’ interrupteurs, garnissez aussi de peinture autour des orifices des murs et plafonds où se trouvent les alimentations de lustres et d’ appliques… Vous verrez que ce travail est long! Mais indispensable si on veut que ce soit bien fait!

Une fois fait, vous pouvez peindre au rouleau avec votre perche de haut en bas et de bas en haut en recouvrant toujours un peu le précédent passage, TOUT absolument TOUT doit être recouvert! Une fois la 1ère couche passé, attendez que ça sèche. Ensuite, vous recommencez avec votre pinceau à rechampir à passer votre 2ème couche autour des menuiseries, plinthes, prises, interrupteurs, orifices…

Puis vous passez votre 2ème couche de peinture générale avec la même technique.

6- Les plafonds:

Même technique préparatoire, même technique pour l’ impression et pour ce qui est de rechampir dans les angles. Par contre, veillez à avoir un rouleau adéquat propre (neuf) et à bien passer votre peinture perpendiculairement à la lumière traversant l’ ouverture principale de la pièce donnant sur l’ extérieur (pour la 1ère couche de finition). Pour la 2ème couche, vous croisez, ce qui signifie que cette fois, vous peignez en direction de la lumière émanant de l’ extérieur au-travers de votre plus grand ouverture. Si vous appliquez cette méthode, vous aurez un rendu de travail professionnel de bonne qualité.

PS: 

Les glycéros n’ existent pour ainsi dire plus, même si sur demande on peut encore les trouver. Ce qui est inutile en fait puisque les matières ajoutées (résines, dioxyde de titane, latex…) assurent aux peintures acryliques une très bonne résistance dans les pièces d’ eau. Ce qui était vrai hier ne l’ est plus aujourd’ hui. Quand les glycéros étaient les peinture dédiées aux pièces d’ eau, les acryliques ont remporté le succès. L’ avantage des acryliques est que les tâches de peinture tombées au sol se nettoient très facilement, et que les outils se nettoient à l’ eau dans le lavabo. Ce qui est un gain.