Humidité

En Provence) pays réputé sec, l’humidité est à l’origine de nombreux désordres:

• désordres d’habitation car les locaux humides sont insalubres;

• désordres structurels mineurs comme les auréoles et les moisissures sur les murs;

• désordres structurels graves comme les pourrissements d’appuis de poutres en bois dans les maçonneries ou l’altération des pierres et des mortiers.

L ‘humidité observée peut avoir des. nombreuses origines:

• L’humidité de construction qui résulte de l’apport d’eau pendant le chantier est une humidité temporaire;

• L’humidité de condensation n’est en général que ponctuelle (pont thermique) dans les bâtiments traditionnels où les murs (0,50 m d’épaisseur en général) ont une conductivité thermique assez homogène; en revanche, des condensations peuvent apparaître dans les parties de la construction où les murs traditionnels sont minces (0,20 m d’épaisseur de pierres de sciage dans certaines parties bâties dans la région d’Arles par exemple); ces murs devraient être doublés au cours de la réhabilitation.

• Les traces ponctuelles d’humidité fréquemment intermittentes dans les maçonneries traditionnelles, Jes spectres ont en général pour origine la présence dans le mur d’un matériau particulièrement poreux qui va condenser J’humidité et faire «tache» sur les enduits intérieurs ou extérieurs (ex. : moellon isolé en molasse, pierre de taille tendre et blanche dans un mur en pierres froides; le moellon isolé de molasse va faire « tache» à travers le corps enduit alors qu’un mur entièrement monté en molasse va bien se comporter) .

• L’humidité provenant de la couverture sera supprimée lorsque les toitures seront refaites.

• L’humidité qui a pour origine les pluies battantes n’est pas fréquente en Provence-Côte d’Azur et on peut y remédier par la réfection des enduits extérieurs. .

• L’humidité du sous-sol qui s’élève dans les murs par ascension capillaire est la plus préoccupante car elle est la plus fréquemment rencontrée et parce qu’elle est la plus difficile à éliminer.

humidite Humidité

Problème d’humidité .

Ce chapitre sur l’humidité va essentiellement traiter du problème que pose à la réhabilitation des immeubles anciens les remontées des eaux du sous-sol.

En effet, l’hypothèse est faite que les possibilités de condensation et les entrées des eaux de pluie sont éliminées par les travaux engagés dans le cadre de la réhabilitation: l’isolation du bâtiment sera éventuellement améliorée er les ponts thermiques éliminés; de même, toitures et enduits refaits protégeront le bâtiment contre les effets des pluies battantes.

Résistance mécanique

Le remplacement de l’air par de l’eau dans les pores d’un matériau substitue au comportement élastique de l’air, l’incompressibilité relative de l’eau.

Au moment de la mise en charge du matériau, l’eau se met également en charge mais le fait dans toutes les directions si elle occupe les vides intersticiels. L’eau a alors tendance à s’échapper du matériau dans des directions perpendiculaires à celle de la contrainte principale. Cet effet d’extrusion de l’eau intersticielle ajoute à la contrainte verticale ou axiale de la descente normale des charges des composantes destructrices horizontales (maçonneries), ou radiales et tangentielles (pièces de bois).

U ne même pierre calcaire dont la porosité serait de 36 % verrait sa contrainte de rupture exprimée en kg/cm- passer de 126 à 48 suivant que l’échantillon est sec ou saturé (d’après un essai du C.E.B.T.P. cité par R. Collombet).

La diminution de la résistance mécanique du mur est aggravée par l’accroissement de son poids propre. Ainsi, dans un mur mouillé à 30 %, il Y a 300 litres d’eau par m! de maçonnerie. C’est une surcharge non négligeable qui, lorsque le mur de cave, son voûtement et le pied de mur du rez-de-chaussée sont mouillés à 30 %, peut atteindre 1,5 tonne par ml de fondations, soit une surcharge de presque 10 % dans le cas d’une maison de R +4.

10 % de surcharge d’humidité abaissent de 60 % la résistance de la maçonnerie: il est heureux que les maçonneries traditionnelles soient largement surdimensionnées eu égard à leur descente de charges!

Les variations dimensionnelles

Lorsqu’un matériau passe de l’état sec à l’état humide, ses dimensions géométriques augmentent :

• faiblement pour les pierres, de 35 à 180 micron/m suivant leur capillarité;

• de manière assez importante pour les bois, où les déformations sont différentes suivant qu’elles sont mesurées suivant le fil du bois, radialement ou tangentiellement; pour 1 % de variation de l’humidité interne:

• les variations axiales sont de l’ordre de 0,01 0/0;

• les variations radiales sont de l’ordre de 0,03 ~ à 0,4 %;

• les variations tangentielles sont de l’ordre de 0,06 à 0,55 %

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

5LVHcv

Please type the text above: