Les revêtements de sol pour l’extérieur

 revetements-sol-pour-l-exterieur0

Les revêtements de sol pour l’extérieur sont nombreux ; mais afin d’avoir une bonne étanchéité, il faut bien faire son choix ; en ne se limitant pas au côté esthétique.

La mise en place des revêtements de sol intérieur est différente de celle des revêtements de sol à l’extérieur ; les conditions climatiques sont un exemple qui prouve que le sol extérieur subit plus de chocs. Mais quelles zones de votre extérieur peuvent-elles être revêtis ? Et comment ?

  • Les allées piétonnières et carrossables

Ces contraintes découlent de la combinaison entre la composition du sol recouvert par le revêtement, d’un côté, et le genre de passage que le revêtement aura devra subir, de l’autre côté. Elles définissent alors la méthode de pose et orientent  concernant le choix des matériaux.

Dans le cas d’une simple allée piétonnière, une couche de sable de 5 à 8 cm est requise pour  avoir une élasticité compensant les tassements causés par les variations climatiques d’un côté ; et une capacité drainante qui combat contre la rétention d’eau sous le revêtement de l’autre.

Sans cette élasticité et cette capacité à drainer, le pavage ou le dallage risquent d’être détériorés.

Pour une allée carrossable, la pente et  la fréquence à laquelle les véhicules passent dessus conditionnent  le type de sous-couche à envisager.

– Si l’allée est dotée d’une faible pente et que les véhicules y passent occasionnellement, une couche de sable classique de 8 à 10 cm d’épaisseur est conseillée.

– Pour une allée ayant une pente entre 5 et 10 cm/m et sur laquelle passe quotidiennement des automobiles, une  sable de carrière de 5 à 8 cm, aussi connu sous le nom de “Fontainebleau” ou “de “Nemours” est excellent.

– Cependant, il faut prévoir une couche de mortier de 3 à 4 cm d’épaisseur dans le cas où l’allée comprend une pente importante et que des véhicules au poids lourds ou très chargés y vont et viennent régulièrement.

  •  Le drainage de la sous-couche  est essentiel afin d’assurer la stabilité du revêtement. Il  dépend  cependant  de la pluviométrie et  de la nature du sol.

 – Pour un sol  sablonneux ou calcaire,  la sous-couche de sable classique est assez pour favoriser l’évacuation des vigoureuses précipitations courantes.  Par ailleurs, une pente de 1cm/m est requise au minimum.

 – Pour un sol argilo-siliceux, il est conseillé de drainer l’assise de l’allée et d’envisager une pente d’écoulement de 3cm/m à 5cm/m

  •  L’évacuation des eaux pluviales recueillies par le dallage ou le pavage doit éloigner les risques de stagnation  d’eau sous le revêtement. Ceci peut amener à mettre en place une ligne de caniveaux liés à l’évacuation de la pluie. Une bordure en caniveaux préfabriqués peut être installé d’une seule face afin d’évacuer l’eau collectée par une allée dont la largeur ne va pas au dessus de  2 m, à condition qu’elle est dotée d une pente d’écoulement latérale de 1 à 2 cm/m.

appareillage1appareillage2

appareillage3

appareillage4

Une bordure en caniveaux   peut être installée d’un  côté afin d’évacuer l’eau recueillie par une allée avec une largeur ne dépassant pas 2 m. Une pente d’écoulement latérale de 1 à 2 cm/m est cependant requise.

  •  Les terrasses

Le revêtement d’une terrasse non couverte n’est pas le même que celui du pavage ou du dallage d’une allée.  Il ne faut pas  également pas oublier les caractéristiques physiques d’une terrasse : ses dimensions et la nature du sol sur lequel est. La terrasse sur sol peut aller avec une allée carrossable mais il faut   bien adapter la technique d’évacuation des eaux pluviales à la surface.

– Lorsque la surface à drainer est de plus de  4 m2,  il faut installer une évacuation par caniveaux

– Dans le cas où  la terrasse est bordée de murets, l’évacuation peut se faire via une grille avec un siphon raccordé à une canalisation liée au réseau d’évacuation des eaux de pluie

La terrasse en toiture requiert une étude approfondie qui peut requérir un bon architecte.

– Le plafond que la terrasse aura à couvrir doit  résister à la masse du revêtement.

– Ne négligez pas le poids des aménagements

– Confiez la question de l’étanchéité à un  professionnel

– La sous-couche la plus évidente et la plus aisée pour un amateur est celle du lit de sable appliquée sur une couche d’étanchéité en feutre ou tissu de verre bitumé.

Terrasse-toiture0Terrasse-toiture1

Terrasse-toiture2Terrasse-toiture3

  • Les matériaux et techniques de pose

Suites aux contraintes énoncées plus haut, le pavage, le dallage et  le carrelage extérieur n’ont pas autant de chances que les revêtements de sols intérieurs concernant le côté esthétique.

  •  L’appareillage des briques

– Posées à plat, les briques  peuvent être placées selon différentes manières sur une allée piétonnière ou sur une terrasse ;

 – Posées sur chant, sachez qu’elles peuvent résister aux passages réguliers de véhicules

 – Un appareillage mixte est envisageable si la hauteur du revêtement est en harmonie. Autrement dit, il faut associer deux briques entassées à plat avec celles posées sur chant.

  • L’appareillage des dalles en pierre est considéré comme faisant partie des plus complexes.

Voici quelques options pour l’appareillage de dallages en briques

dallage0dallage1

dallage2dallage3