Les origines de l’humidite

maison humide Les origines de lhumidite

 ORIGINES ET COMPOSITION DES EAUX:

L’eau qui migre dans les matériaux n’est pas toujours de l’eau pure à l’origine de son déplacement. De plus, elle va dissoudre certaines des matières minérales traversées ou réagir à leur contact. Elle va enfin déposer toutes ces « charges» au moment de son évaporation.

Suivant la nature du matériau au niveau duquel se produit l’évaporation, on observe soit des boursouflures et/ou des effiorescences, soit des desquamations et/ou des cavités; boursouflures et effiorescences sont en général observées sur les parements enduits; sur les murs de moellons non enduits, les joints de mortier entre les pierres sont destructurés et affouillés; sur les parements des pierres apparentes en calcaire, on voit des alvéoles, des striures, ou des desquamations.

Les eaux du sol

L’humidité ascensionnelle en provenance du sol est chargée en sulfates et en nitrates qui réagissent sur les carbonates des pierres calcaires et des mortiers de chaux aérienne. Saturée en sulfate de calcium (gypse), l’eau capillaire s’évapore au niveau du parement du mur où le gypse cristallise en se substituant au carbonate. La cristallisation s’accompagne d’une expansion génératrice de boursouflures et de décollements. L’évaporation la plus importante se fait au niveau du mortier dont la porosité est supérieure à celle des pierres. Il est fréquent de voir la zone d’évaporation marquée sur un mur traditionnel enduit par le dessin des effiorescences qui reproduit sensiblement celui de l’appareil du mur.

Les eaux de pluie

Suivant que le bâtiment se trouve dans un espace plutôt rural ou dans un espace urbain, les eaux des pluies sont chargées soit de gaz carbonique, soit d’anhydride sulfureux.

La solution de gaz carbonique et d’eau de pluie dissout le carbonate de calcium et donne le bicarbonate de calcium, dont le dépôt sur le parement des pierres calcaires et mortiers de chaux aérienne au moment de l’évaporation donne le calcin. Le calcin accroît la dureté et la porosité superficielle; il protège le mur.

En revanche, le mélange d’anhydride sulfureux et d’eau de pluie donne l’acide sulfureux qui, réagissant sur les carbonates de chaux, va donner un sulfate de chaux. Comme dans le cas des eaux du sol, l’évaporation de l’eau provoque la cristallisation du sulfate de chaux, le gypse, qui par expansion va provoquer boursouflures et décollements.

LES EAUX DE PLUIE

Les eaux de pluie peuvent traverser les toitures en mauvais état et mouiller la charpente, le plancher du comble et la partie haute des murs porteurs.

Au-delà de l’effet d’inondation au moment de la pluie, l’eau peut altérer les bois, se déplacer dans le réseau capillaire des maçonneries, puis s’évaporer d’autant plus facilement que les combles sont fortement ventilés. La ventilation élimine l’humidité mais ne fait pas disparaître les traces de son passage : pourrissement des bois, decollement des enduits des plafonds et murs, dégradation des génoises, etc. Collectées dans les gouttières et descentes, les eaux de pluie peuvent provoquer des désordres structurels très importants lorsque, par exemple, la rupture d’un tuyau de chute injecte littéralement l’eau collectée dans le mur.

Enfin, les eaux de pluie battantes sur un mur peuvent mouiller son parement puis migrer capillaire ment dans le corps du mur. L’effet des pluies battantes est particulièrement visible et destructeur au niveau des éléments d’architecture en saillie sur la façade et non protégés. En général, une corniche correctement dimensionnée protégera efficacement la façade et les éléments de son décor.

LES EAUX ACCIDENTELLES

Il s’agit des eaux d’origine accidentelle. Celles dont l’origine se situe à l’intérieur de la maison seront assez facilement identifiées. En revanche, les eaux du sol peuvent être aussi plus ou moins accidentelles dans la mesure où rares sont les quartiers où les réseaux publics d’adduction d’eau et de collecte des eaux usées sont véritablement étanches.

LES ÉTATS DE L’EAU DANS UN BÂTIMENT

L’eau adsorbée se trouve dans les matériaux secs poreux, elle ne participe pas à l’humidité du bâtiment.

L’eau libre se transforme en eau capillaire lorsqu’elle s’élève ou se diffuse dans les matériaux poreux.

La vapeur d’eau est produite par l’évaporation de l’eau capillaire; elle est également le résultat de l’occupation des lieux par les habitants: production d’eau chaude, préparation des repas, respiration.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

lyMg

Please type the text above: