L’humidité dans votre maison

Effets de l’humidité dans votre habitat:

L’humidité peut faire d’une belle maison un endroit inhabitable. Elle en ruine l’aspect et en détruit le confort. Elle peut aussi mettre en cause sa stabilité à cause de l’effet des eaux sur les matériaux.

humidite maison  Lhumidité dans votre maison

EFFETS SUR LE PLAISIR D’HABITER

Quelle que soit l’origine de l’humidité, elle est toujours perçue comme un facteur déterminant de l’insalubrité.

L’évaporation de l’humidité des murs vers l’intérieur des pièces les sature en vapeur d’eau; cette évaporation abaisse la température superficielle du mur sur lequel la vapeur d’eau ambiante va se condenser et renforcer, à rez-de-chaussée, l’humidité ascensionnelle en provenance du sol; un mur humide est moins isolant qu’un mur sec, etc.

Les taches, les décollements, les moisissures donnent aux locaux humides un aspect repoussant.

Au moment du diagnostic, il faut être particulièrement attentif aux risques d’une humidité future dont les traces ne sont pas encore ou déjà plus visibles dans une maison inhabitée (qui n’a jamais été chauffée au sens moderne du terme, et qui est abondamment ventilée par des fenêtres mal jointes avec des vitres brisées).

Le pourrissement des matières organiques (cuirs, paille, bois, papier, etc.) et parfois le développement d’une flore ou d’une faune, certes minuscule mais intempestive, donnent aux lieux une odeur infecte.

L’humidité est en général réversible et sa disparition est un objectif prioritaire de tout projet de réhabilitation.

Dans le cas où il serait certain que l’humidité n’est pas réversible, soit que la source ne soit pas techniquement maîtrisable, soit que le financement disponible ne soit pas suffisant, il semble préférable de renoncer au projet plutôt que de courir à l’échec grave.

EFFETS SUR LES MATÉRIAUX

Les effets de l’humidité sur les matériaux sont classés en deux catégories :

• les effets directs qui modifient les caractéristiques physiques des matériaux;

• les effets indirects de l’humidité dont la présence induit des modifications chimiques et des développements biologiques.

Les effets directs

L’humidité agit directement sur la conductivité thermique, la résistance et les dimensions des matériaux de construction.

Pour une catégorie de matériaux donnés, les pierres, les mortiers, les bois, les effets directs de l’humidité seront d’autant plus importants que la porosité du matériau considéré sera plus grande.

Si ces matériaux imbibés sont placés en atmosphère plus sèche qu’eux, l’humidité s’évapore et les matériaux retrouvent leurs caractéristiques antérieures :

• lorsque la présence et le déplacement de l’humidité n’ont entraîné ni modifications chimiques ni proliférations biologiques;

• lorsque l’évaporation de l’eau n’a pas été empêchée par une disposition aussi malheureuse que le masque d’un enduit étanche dressé contre une maçonnerie traditionnelle perméable. L’enduit étanche dressé contre une maçonnerie traditionnelle imbibée par les remontées capillaires des eaux du sol est fréquemment observé.

C’est pourtant un remède qui est pire que le mal: contenue dans le mur, l’eau capillaire s’élèvera s’il le faut jusqu’à l’étage supérieur; elle s’accumulera également dans les joints de la maçonnerie dont le gonflement provoquera le décollement de l’enduit étanche et parfois la désorganisation structurelle du parement extérieur du mur.

Les matériaux de construction sont poreux (pierres, mortiers de chaux, bois, etc.). Leurs pores emprisonnent de l’air lorsqu’ils sont secs et de l’eau lorsqu’ils sont mouillés.

Conductivité thermique

La conductivité de l’eau est 25 fois supérieure à celle de l’air.

La conductivité du matériau va s’accroître en fonction de l’élévation de son taux d’humidité.

«Ainsi, peut-on estimer que, par rapport à l’état sec d’un matériau, un taux volumique d’humidité de 5 % entraîne une augmentation de sa conductivité thermique de 75 % et que cette augmentation atteint 155 % pour un taux volumique d’humidité de 20 %.» (Extrait de L ‘humidité des bâtiments anciens, R. Collombet, éditions du Moniteur, Paris, 1985, p. 6l.)

Les effets indirects

La présence de l’eau induit des transformations chimiques de certains matériaux minéraux.

Les modifications varient suivant l’origine de l’eau, c’est-à-dire suivant qu’elle véhicule des sulfates et des nitrates (eau du sol), ou suivant qu’elle est chargée de gaz carbonique ou d’anhydride sulfureux (eaux de pluie) (voir § ci-dessus).

La corrosion des métaux

Les parties métalliques exposées à l’air souffrent davantage de la corrosion lorsqu’elles sont à l’abri de la pluie.

En effet, la vapeur d’eau atmosphérique se condense sur les parties métalliques froides; la condensation dissout le gaz carbonique, l’anhydride sulfureux et sulfurique de l’air; la corrosion est engagée et va se développer. Le cycle de la corrosion sera interrompu chaque fois que la pluie aura lessivé la partie métallique exposée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

L45t

Please type the text above: